Sans titre - 2021-06-09T165501.450.png

Composition du conseil scientifique

PRÉSIDENT : Ismaïl Ferhat, MCF-HDR en sciences de l’éducation à l’UPJV, travaille sur les politiques éducatives, la laïcité, le syndicalisme enseignant et les organisations laïques.

 

Boucher Manuel, professeur en sociologie à l’Université de Perpignan Via Domitia, travaille sur les désordres urbains et leur régulation, sur l’ethnicisation et la racisation des relations sociales et sur les radicalités identitaires.

Delannoi Gil, directeur de recherche, professeur de théorie politique et d’histoire des idées à Sciences Po, travaille sur les régimes et les procédures politiques, la nation et le nationalisme, et les idéologies contemporaines.

 

Danblon Emmanuelle, professeur de rhétorique à l’Université Libre de Bruxelles (Belgique), travaille sur la démocratie, la rationalité et la persuasion, la post-vérité et le complotisme, la prophétie et la construction de la mémoire et de l’histoire.

 

Ehrenfreund Jacques, professeur d’histoire juive à l’Université de Lausanne (Suisse), travaille sur l’histoire moderne et contemporaine des Juifs et du judaïsme, de la sécularisation, des relations entre le politique et le religieux.

 

Gross Jan T., professeur émérite d’histoire à l’Université de Princeton (États-Unis) et sociologue, travaille sur l’antisémitisme en Pologne, et est à l’origine du renouvellement des études sur l’antisémitisme en Pologne et en Union soviétique.

 

Haas Valérie, professeure de psychologie sociale à l’Université Lumière Lyon 2, travaille sur la mémoire et l’oubli collectifs et institutionnels, la transmission des savoirs historiques et les rumeurs, les méthodes d’entretien qualitatif.

 

Laacher Smaïn, professeur de sociologie à l’Université de Strasbourg, président du Conseil scientifique de la Délégation interministérielle à la lutte contre le racisme, l'antisémitisme et la haine anti-LGBT, travaille sur l’immigration, les femmes migrantes, le droit d’asile.

 

Rabinovicth Gérard, directeur de l’Institut européen Emmanuel Levinas-AIU et ancien chercheur en philosophie et sociologie au CNRS, travaille sur une approche clinique et anthropologique du nazisme, des génocides, et des idéologies mortifères contemporaines.

 

Rastier François, directeur de recherche, linguiste et sémanticien au CNRS, travaille sur les sciences de la culture et leur épistémologie, comme sur les discours identitaires (du nazisme au décolonialisme).

 

Rougier Bernard, professeur de sociologie à la Sorbonne nouvelle et à l’Institut Universitaire de France, travaille sur l’instabilité du monde arabo-musulman, et la réception de l’islamisme en France et en Belgique par des populations mal intégrées et issues de l’immigration.

 

Samuels Maurice, professeur de littérature française à l’Université de Yale (États-Unis), travaille sur les auteurs juifs de la littérature française, les Juifs et l’universalisme en France, et dirige le programme d’études judaïques et le programme d’étude de l’antisémitisme de l’Université de Yale.

 

Sidi Moussa, Nedjib, docteur en science politique et historien, travaille sur les engagements radicaux dans l’espace franco-algérien pendant et après le moment colonial, les formes contemporaines de l’aliénation, le racisme et l’antisémitisme.

 

Taguieff Pierre-André, directeur de recherche au CNRS, philosophe, politiste et historien des idées, travaille sur l’idéologie du progrès, le racisme, l’antisémitisme, l’eugénisme, le nationalisme, le populisme, les théories du complot, l’islamisme et le décolonialisme.

 

Thioub Ibrahima, professeur d’histoire et Recteur de l'Université Cheikh Anta Diop de Dakar (Sénégal), docteur honoris causa des universités de Bordeaux et Nantes, directeur du Centre africain de recherches sur les traites et l’esclavage, travaille sur les lectures africaines de l’esclavage et ses dimensions économiques et juridiques, sur le facteur chromatique dans la construction identitaire.

 

Waintrater Régine, maître de conférences honoraire en psychologie clinique à l’Université Paris Diderot et psychanalyste, travaille sur la transmission générationnelle des traumatismes, et sur les relations entre récit et identité